Biographie de James “Bubba” Stewart

James Stewart est un célèbre pilote de moto et de Supercross d’origine américaine. Il est né le 21 décembre de l’année 1985 dans la ville de Floride, et a réussi à être le premier afro américain à exceller dans ces disciplines sportives. Ce qui n’est guère surprenant, puisqu’il a commencé à faire de la moto à l’âge trois ans. En effet, encouragé et entrainé par son père, James Stewart a fait son immersion dans le monde des compétitions bien avant l’âge de six ans, et a d’ailleurs remporté un titre AMA National Amateur dès ses débuts. Il a eu la chance de rencontré le célèbre pilote Tony Haynes, qui lui a permis de porter son numéro après l’accident de 1993 qui l’a mis sur la touche. Grâce à la piste d’entrainement construite par son père en 1997, James a pu s’entrainer sans relâche, ce qui lui a permis de remporter victoire sur victoire, dont onze titres nationaux. Il est alors devenu un des plus grands espoirs du sport dans tout le pays.

Parcours professionnel avec Kawasaki

Dès le début de sa carrière professionnelle en 2002, James Stewart signe avec Kawasaki. Cette même année, il a remporté le championnat AMA de motocross 125 cm³ et a été nommé meilleur rookie AMA. La saison suivante, c’est le championnat Supercross 125 cm³ de la Cote Ouest qu’il remporte sans difficulté. Il a ensuite dû déclarer forfait pour le championnat de moto-cross, à cause d’une grave blessure à la clavicule. Ce qui ne l’a pas empêché dès son retour en 2004, de remporter deux titres, l’un au Supercross et l’autre au moto-cross.

Suite à cela, il passe en 450 cm³, et démontre aussitôt qu’il est à sa place dans la cours des grands. Malheureusement, une mauvaise chute le prive d’une première victoire dans cette catégorie. Mais une fois rétablie, il remporte de nombreuses victoires en 2005 et en 2006. C’est d’ailleurs en 2006 qu’il remporte sa première victoire au motocross des nations avec l’équipe américaine. Il sort également vainqueur du championnat du monde FIM de supercross.

L’année suivante, en 2007, il devient champion AMA de supercross dans cette catégorie pour la première fois, et devance de nombreux champions comme Timmy Ferry ou Chad Reed. Mais cette fois encore, il fait une mauvaise chute qui l’empêche de continuer les épreuves de cette année et de celles de 2008. Il revient néanmoins parfaitement rétabli suite à son opération et le prouve d’ailleurs en remportant les 24 manches de la saison au championnat de motocross.

James Stewart change de club

En effet, après ses débuts avec Kawasaki, le pilote signe avec Yamaha Red Bull en 2009 et remplace Chad Reed. Cette même année, il remporte un titre au championnat de Supercross. Il fait 4 ans avec Yamaha, avant de partir pour signer chez Yoshimura Suzuki. C’était en Mai 2012, et il remporte aussitôt les quatre premières manches du championnat Outdoor, mais ne peut plus continuer à cause d’une blessure.

En 2013, le pilote décide de lancer le Seven MX, sa propre marque d’équipements pour le motocross. Pour ce faire, il s’est associé avec la maison Troy Lee Designs. Cette année, il finit 10ème au championnat de Supercross, et 5ème au championnat de motocross. Il remporte néanmoins la 3e édition de la Monster Energy Cup en gagnant 2 manches sur 3.

Ensuite, il voit son contrat avec Suzuki être prolongé pour la saison 2015. Il a commencé avec trois défaites, mais a rapidement reprit le dessus avec 4 victoires au cours de cette année. Ce qui lui a valu une deuxième place sur la « All-time wins list », avec un total de 49 victoires. Il termine ensuite 4e au championnat de Saint Louis, ce qui fut sa meilleure performance depuis 2011.

Il a aussi remporté la 1ère édition du Red Bull Straight Rhythm, lors d’un affrontement à un contre un sur 800 mètres. Un parcours très impressionnant, qui a malheureusement connu une pause suite à un contrôle de dopage sur le pilote qui s’est avéré positif. Il a quand même pu reprendre les courses avec son équipe Suzuki, qui est resté son club jusqu’à la fin de sa brillante carrière dans les compétitions de motocross et Supercross.